« Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitzgerald

Publié le par cestdurdetreunetortue.over-blog.com

 

 

Je retourne le livre et je vois:

 

Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C’est l’époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Mille légendes courent sur son compte, qui n’empêchent pas les gens chic – et moins chic -, de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses. Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire. Le jour où l’espoir de conquérir sa bien-aimée s’évanouit, la fête prend fin brutalement… Gatsby le Magnifique est un des romans emblématiques de la littérature américaine du XXe siècle.

 

Et j’en pense quoi?

 

« Gatsby le magnifique » traîne dans ma bibliothèque depuis le mois de juin (moui, c’est un cadeau d’anniversaire), on peut donc dire que je ne me suis pas précipitée pour le lire. Pour être honnête, je n’ai pas vraiment idée du genre de roman que cela peut-être.

 

C’est seulement récemment que je me suis lancée dans cette lecture car je n’aime pas trop que mes livres fassent un séjour prolongé dans la PAL (pauvres petits). Et « oh » surprise, j’aime ce que je lis, les pages tournent et cette atmosphère me plaît, normal, on parle paillettes et glamour là!

 

Bon, Gatsby est un peu lourd à se la jouer faux mystérieux hésitant, on a envie de lui dire « lance toi mec! » mais Daisy et Jordan Baker sont à tomber, ridicules et précieuses juste ce qu’il faut pour les rendre attachantes et drôles dans leur rôle respectif de femme d’héritier millionnaire et de joueuse célèbre de golf. Nick, le narrateur, n’a que peu d’interêt, si ce n’est de faire le lien entre tous les personnages et d’être le narrateur.

 

Alors même si dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai préféré la première partie, celle où l’on rencontre les différents personnages, où l’on retrouve un paris rive gauche/rive droite version américaine et celle où l’on s’attarde sur les fêtes démesurées données par Gatsby.

 

Pour faire bref, j’ai beaucoup apprécié cette lecture d’un style simple et élégant (la classe quoi!) et je lirai bien un autre Francis Scott Fitzgerald. Vous me conseillez quoi?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article