Spéciale dédicace pour ton anniversaire Michel!

Publié le par Liliwenn

Après deux semaines d'absences (c'est l'effet Angot), je reviens pour vous parler de deux bouquins lus dans le cadre du club de lecture lancé par Madimado.

Deux participations: en janvier, la lecture de La mémoire des murs de Tatiana de Rosnay et en février Les particules élémentaires de Michel Houellebecq.

Oui, je sais, je me fais du mal, enchaîner Angot et Houellebecq nécessite une grande force de caractère et une bonne dose de masochisme... Je vous explique.

les particules elementairesJe retourne la carapace et je vois:

Michel, chercheur en biologie rigoureusement déterministe, incapable d'aimer, gère le déclin de sa sexualité en se consacrant au travail, à son monoprix et aux tranquilisants. Une année sabbatique donne à ses découvertes un tour qui bouleversera la face du monde.

Bruno, de son côté, s'acharne en une quête désespérée du plaisir sexuel. Un séjour au "Lieu du Changement", camping post-soixante-huitard tendance New Age, changera-t-il sa vie? Un soir, une inconnue à la bouche hardie lui fait entrevoir la possibilité pratique du bonheur.

Par leur parcours familial et sentimental chaotique, les deux demi-frères illustrent de manire exemplaire la société d'aujourd'hui et la quête complexe de l'amour vrai.

Et j'en pense quoi?

Mais pourquoi s'infliger cela? Pourquoi?!! Parce qu'on a jamais lu Houellebecq, parce qu'on le critique mais dans le fond, sont foutus comment ses bouquins? Alors on se lance...

... et on regrette. Cette lecture s'est apparentée, pour moi, à de la torture (et je pèse mes mots), je me suis forcée à le finir tout en comptant les pages restantes. Certains pourront y trouver un interêt dans la manière de l'auteur de dépeindre une société, une génération. Mais trop c'est trop. 300 pages de branlette plus tard, on est pas plus avancé et on a pas pris beaucoup de plaisir. Michel et Bruno sont ennuyeux et pathétiques dans leur rôle respectif, vous me direz c'est un peu le but recherché mais ce qui pourrait être pas mal, ce serait de ne pas transmettre cet ennui au lecteur.

Si j'ai envie de relire Houellebecq un jour (dans quelques années, parce que là, je fais un break) rappelez-moi que je ne devrais pas...

Enfin bon, Michel n'a pas de soucis à se faire puisqu'il cartonne dans les ventes et qu'il vient d'avoir le goncourt. Allez, on est pas rancunier et on lui souhaite un joyeux anniversaire.


la mémoire des mursJe retourne la carapace et je vois:

Lorsqu'on entre quelque part, on peut s'y sentir merveilleusement bien ou, au contraire, horriblement mal. Comme si les pierres s'imprégnaient de joie ou de chagrin pour plus tard s'en décharger et les restituer.

Fraîchement divorcée, Pascaline, une informaticienne de quarante ans, vient de trouver l'appartement de ses rêves. A peine installée, elle apprend que ces murs ont été témoins d'un crime. Lentement, par touches infimes, ce drame fait surgir en elle une ancienne douleur, une fragilité restée longtemps enfouie. Pour en finir avec son passé, elle se lance alors sur les traces d'un tueur en série. Une quête obsessionnelle qui ravive ses blessures et l'amène à la lisière de la démence.


Et j'en pense quoi?

Encore la découverte d'un auteur pour moi, on entend beaucoup parler de Tatiana de Rosnay ces derniers temps mais je ne serais pas allée spontanément vers ses romans. Je ne sais pas pourquoi mais dans mon esprit, Tatiana de Rosnay c'était des livres un peu trop fleurs bleues, un peu mièvres. On se fait des idées comme ça desfois!

Bon, si ce n'est pas un livre qui marquera ma mémoire, il a au moins le mérite de se lire très facilement, le style est fluide et agréable. Ca change vu mes dernières lectures!

L'auteur nous raconte l'histoire d'une femme fragilisée par la perte de sa fille et la séparation d'avec son mari. Au fil des pages, elle sombre peu à peu dans la folie. Si l'histoire en elle-même n'a pas un énorme interêt, Tatiana de Rosnay décrit de manière interessante le déclin de cette femme qui va s'isoler progressivement et basculer du côté sombre! 

Un petit bémol, on nous précise au début du roman que cette histoire est une fiction, euh ça ressemblait quand même étrangement à un Faîtes entrer l'accusé que j'ai vu il y a quelques temps!


voyage-d-une-parisienne-a-Lhassa.jpg



Au programme de la prochaine session du club de lecture: Voyage d'une parisienne à Lhassa d'Alexandra David-Néel, un petit coup de coeur, ça ferait du bien en ces temps difficiles!


 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Diane 28/02/2011 21:58


C'est vrai que se remettre d'un Angot et d'un Houellebecq à la suite c'est pas évident... j'espère quand même que ta vie littéraire reprend son cours normal !


Liliwenn 08/03/2011 18:11



Oui, tout va mieux maintenant! Mais j'ai vu que d'autres font preuve d'un certain masochisme...